9 astuces fertilité

qualité ovocytes

Améliorer un spermogramme, c’est possible !

Améliorer un spermogramme, c'est possible!
Améliorer un spermogramme, c'est possible!

Un spermogramme, qu’est-ce que c’est ?

Un spermogramme est un examen médical au cours duquel sont analysées certaines caractéristiques du sperme telles que :
  • la quantité de spermatozoïdes par millilitre d'éjaculat
  • le % de spermatozoïdes typiques présents dans ce millilitre
  • la mobilité et la motricité des spermatozoïdes
Ces paramètres sont utilisés comme indicateur de la “qualité” du sperme de l’homme. Il existe néanmoins d’autres informations non visibles dans un simple spermogramme, telle la fragmentation de l’ADN, soit les dommages dans le matériel génétique de la cellule spermatique.

Ainsi, lorsqu’une ou plusieurs des caractéristiques ci-dessus du spermogrammes sont hors norme (encore faut-il savoir de quelle norme on parle), le spermogramme est déclaré plus ou moins mauvais.

Peut-on améliorer un spermogramme ?

Lorsque l’on reçoit le diagnostic d’un “mauvais “ spermogramme, est-il possible d’améliorer ces paramètres?
La réponse est oui! Grâce des modifications alimentaires et environnementales ciblées qui peuvent améliorer la production des spermatozoïdes. Ces modifications doivent se faire en fonction du problème rencontré. Mais attention, cela ne se fait pas en un jour!


Mais qu’est-ce qu’un spermogramme normal ?

La vraie question est: normal pour quoi? Pour une PMA? Pour une fertilité naturelle? Pour une FIV ICSI? On s’y perd un peu…

Aujourd’hui il y’ a encore plusieurs types de classifications utilisées pour les spermogrammes, les deux plus courantes sont celles de David et Kruger.


En 1999, l’OMS se basait sur la classification de David et un sperme normal devait contenir au moins 30% de spermatozoïdes normaux (typiques). En 2010, l’OMS a revu les valeurs en instaurant la classification de Kruger, qui revoit le critère de normalité bien à la baisse  dans laquelle il faut avoir au moins 4% de spermatozoïdes normaux. Sacrée transition! Et ça ne choque personne?!


Ce ne sont bien sûr pas les mêmes modes de comptage mais nous avons regardé cela de plus près. Car le spermocytogramme (
évaluation de la forme des spermatozoïdes) ne nous dit pas tout!

Le résultat de 4% de formes typique ne définit pas un sperme fertile, mais simplement un critère de choix en PMA entre FIV ICSI ou non.

Un sperme suffisamment fécondant, pour une fécondation naturelle, sur le score de Kruger, tenez-vous bien.... devrait être minimum de 14%[1]
!😳😝😳😖

S’il vous plaît, regardez les résultats de vos hommes? Beaucoup de 14% et plus de formes typiques?

Nous voyons des spermocytogrammes chaque jour et ce 14%, que très rarement avant la prise en charge.

Les gynécologues en PMA sont généralement satisfaits d’un résultat un peu au-dessus de 4%, c’est effectivement un résultat acceptable mais est-il optimal? Sur une insémination ou une FIV classique, voici la réalité scientifique (1):

- Formes typiques supérieures à 14% = 82% de fécondation
- Formes typiques inférieures à 14% = 37% de fécondation 

Alors que fait-on? Est-ce qu’on continue à baisser les normes pour que tout le monde entre dedans? Ou est-ce qu’on essaie de mettre en place des stratégies individuelles pour augmenter le nombre de formes typiques des spermatozoïdes? 


Vous faites partis de ceux qui se donnent les moyens pour améliorer une situation? Parfait! Nous aussi, et c’est ce que nous vous proposons avec les programmes Fertil-In (Commencez-ici).

Notes :

[1] www.amp93.com/classification-de-kruger/

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

9 astuces fertilité

qualité ovocytes